Gestion de portefeuille

Même si certaines techniques de trading s'inspirent de la théorie des jeux, la Bourse n'est pas un jeu : les actions que vous achetez / vendez représentent une partie du capital d'une société où travaillent des gens !

Une entreprise a trois façons de se développer. Soit elle s’autofinance, c’est-à-dire qu’elle achète des machines avec ce qu’elle gagne. C’est très long. Soit elle contracte des emprunts qu’il faut ensuite rembourser. C’est assez cher. Soit elle trouve des associés qui veulent bien tenter l’aventure avec elle. C’est à cela que sert le marché boursier : il permet aux entreprises de trouver des capitaux, et ainsi de se développer. Le marché était très peu utilisé dans cette finalité il y a encore quelques années, mais cette tendance s’est énormément développée.

Contrairement à ce que beaucoup pensent, investir en bourse, c'est avant toute autre chose participer à la vie d'une société. En achetant des actions, on devient un des associés: on a apporté une partie des fonds nécessaires pour faire tourner la société, on participe aux assemblées générales, on vote... En échange, on reçoit une partie des résultats, versée annuellement sous la forme d'un dividende.
Comme plusieurs personnes ont envie de s'approprier ce dividende, le cours de l'action fluctue au cours de l'année, selon l'attrait perçu de cette action. Ces variations donnent lieu à une deuxième forme de profit possible pour l'actionnaire : la plus-value.

Néanmoins, pour ne pas perdre la tête, on prendra toujours le temps de connaitre les responsables, les produits, les méthodes, la stratégie et l'environnement des compagnies dans lesquelles on investit son argent.

Identifier des objectifs

Pour gagner efficacement de l'Argent, il faut avoir les idées claires sur deux ou trois points fondamentaux : 

A quelle échéance risque-t-on d'avoir besoin des sommes investies (1 an, 5 ans) ?

En effet, investir en bourse des sommes d'Argent dont on risque d'avoir besoin à une date précise ou rapprochée est très risqué. D'autre part, les PEA nécessitent de bloquer les fonds investis pendant une durée minimum de cinq années.

Quelle somme d'Argent est-on prêt à perdre ?

Autrement dit, quels risques accepte-t-on de prendre ? On peut exprimer la notion de risque de plusieurs manières. La plus pragmatique est la notion de perte en capital. Ainsi se fixer un degré de risque c'est répondre à la question suivante : A l'issue de la durée de détention de mon investissement combien vais-je accepter de perdre au maximum. Il est bien évident que les gains espérés sont proportionnels aux risques consentis... Une SICAV monétaire est absolument sans risques de pertes mais sans espoirs de gains non plus ; tout l'inverse d'un Warrant surtout s'il est acquis aux alentours du 15 Juillet...

Quelle attention a-t-on l'intention de porter à son investissement ?

Investir efficacement en bourse nécessite du temps, des connaissances et un minimum de flair. On peut aussi préférer des investissements "clés en mains" tels que des SICAV ou des FCP...

Définir la composition générale du portefeuille

La composition générale d'un portefeuille est définie par un pourcentage d'actions, d'obligations, d'obligations monétaires et de produits dérivés plus spéculatifs (Or, Warrants).

En fonction de la durée de votre investissement et du degré de risque que vous souhaitez prendre vous devez établir une allocation d'actifs. Ce terme barbare signifie que vous devez établir quelle pondération vous allez donner aux actions, obligations, etc. dans votre portefeuille. Plus vous souhaitez un degré de risque faible plus votre portefeuille doit faire la part belle aux obligations et aux produits monétaires. Au contraire plus vous souhaitez avoir un profil agressif plus vous devez investir dans les produits actions.

A titre d'exemple le tableau suivant vous présente différentes allocations d'actifs en fonction du risque que vous souhaitez prendre. Cette grille est indicative et je vous conseille fortement de déterminer les pondérations qui répondent le mieux à vos contraintes.

  • Préservation du capital : Protéger votre capital en touchant un revenu sur une période de 3-5 ans :Profil de risque faible dont l'objectif est de minimiser le risque de perte Actions 10%, Obligations 55%, Monétaire 35%
  • Revenu et croissance : Portefeuille mixte dont l'objectif est d'équilibrer les revenus provenant des obligations et les gains en capital + dividendes des actions : Actions 40%, Obligations 50%, Monétaire 10%
  • Croissance agressive : Tirer profit de la performance des actions sur une durée de 3-5 ans : Actions 80%, Obligations 10%, Monétaire 10%

Il y a d'autant moins de formule magique pour composer un portefeuille que l'environnement économique influe sensiblement sur l'intérêt relatif des différents placements. Néanmoins, plus vous souhaitez un degré de risque faible plus votre portefeuille doit faire la part belle aux obligations et aux produits monétaires. Au contraire plus vous souhaitez avoir un profil agressif plus vous devez investir dans les actions.

Chaque poste de votre portefeuille peut lui même être décomposé en fonction de vos objectifs.

Une fois que vous avez déterminer votre allocation d'actifs, la géographie de vos investissements reste à déterminer. En effet, sur la partie actions (ou obligataires), allez vous tout investir sur le marché français ou allez vous étendre vos investissements à l'Europe ou au monde entier ? Un des avantages de la diversification internationale d'un portefeuille est de pouvoir diversifier aussi les risques. En investissant uniquement sur la France vous êtes tributaire de l'état de l'économie française uniquement, alors qu'en diversifiant votre portefeuille vous allez profiter des différentes économies dans le monde. De nombreuses études ont montré que la diversification internationale réduisait le risque d'un portefeuille sans pour autant réduire les espoirs de gains. Je vous conseille donc de diversifier vos portefeuilles au niveau européen par exemple et de ne pas hésiter à investir aux Etats-Unis et en Asie. On pourrait, par exemple, choisir d'investir 40% aux États-Unis, 30% en Europe et 20% au Japon...

Encore une fois, la diversification ne limite jamais les gains mais limite toujours les risques (de même qu'il n'y a que les sociétés mono-produit qui déposent leur bilan ; un portefeuille trop concentré peut vous conduire à votre perte).

On arrive au cœur du sujet. Une fois votre allocation d'actifs effectuée il faut choisir les valeurs. Pour la partie actions je vous conseille d'investir une partie en OPCVM (catégorie générale des fonds de placement). Un OPCVM est soit une SICAV ou un FCP. L'avantage est d'obtenir pour un coût réduit une diversification importante de votre portefeuille. C'est également la bonne solution pour ceux qui n'ont pas l'envie ou l'énergie de gérer finement leur portefeuille ; on peut effectivement compter sur l'expertise du gérant du fonds.
Toutefois rien ne remplace le plaisir de gérer son propre portefeuille. Aussi pour la partie non investie en OPCVM il faudra faire des choix.

Catégorie
Type de société
Avantages
Points faibles
Les valeurs de "fond de portefeuille" ou " père de famille "
Sociétés positionnées sur un secteur mature et qui affichent une croissance moyenne mais régulière de leurs résultats
Elles présentent un risque limité et sont des " valeurs refuge " pendant les crises boursières
Performance moyenne des cours à long terme
Les valeurs de rendement
Sociétés ayant une faible croissance à financer : secteur immobilier ou société fortement décotée
Niveau du rendement, qui est souvent > à 6% Risque faible
Très faible performance des cours
Les valeurs de croissance
Sociétés positionnées sur des secteurs en forte croissance : tels que les télécommunications, l'informatique…
Potentiel de gain important à moyen terme
Niveau élevé des valorisations, risque de correction temporaire important
Les valeurs cycliques
Sociétés dont l'activité est sensible au cycle économique : BTP, matériaux de construction, automobile, matières premières
Les cours sont très réactifs aux reprises d'activité : possibilité de réaliser de très fortes performances à court terme
Performance très moyenne sur le long terme et dangereuses à court terme
Les valeurs spéculatives
Sociétés susceptibles de subir une OPA ou en restructuration
Potentiel de gain important à court terme
Forte volatilité

Quel degré de risque êtes-vous prêt à prendre ?

Si vous optez pour un profil de risque " défensif ", préférez les valeurs de type « fond de portefeuille » et celles de « rendement » dans votre portefeuille. Cette composition est recommandée aux investisseurs qui souhaitent placer leurs liquidités dans un horizon de moins d’un an.

Si vous optez pour un profil de risque "équilibré", vous pouvez ajouter à votre portefeuille des valeurs de croissance et des cycliques. Cette composition est intéressante pour les placements à l’horizon de 2-6 ans (Moyen terme).

Si vous choisissez un profil de risque "dynamique", dans ce cas, concentrez vous sur les valeurs de croissance et spéculatives ou en période de forte croissance économique sur des valeurs cycliques. Cette composition est adaptée si vous n’avez pas à mobiliser vos liquidités avant huit ans.

Contrôler les performances de son portefeuille

C'est essentiel si l'on a finalement souhaité gérer personnellement un partie de son capital. Il est très conseillé de faire le point au minimum une fois par semaine. Bien que des outils informatisés facilitent désormais grandement la tache des investisseurs, il faut toujours rappelé que le succès ne peut être assuré qu'avec beaucoup de travail et de méthode.